Un appartement haussmannien défiguré retrouve sa splendeur

Publié le 17 novembre 2016 dans Chantiers finis

Je vais vous conter aujourd’hui l’histoire d’une restructuration et d’un aménagement façon « retour sur le passé »… L’appartement est situé dans le 8ème, dans un immeuble tout ce qu’il y a de plus haussmannien.

L’appartement en fin de travaux

 

Lorsque les clients m’ont contactée, l’appartement de 100 m2 n’en avait cependant pas le charme. De son passé, il ne restait plus que deux cheminées et le parquet. L’appartement avait subi un grand nombre de modifications (Les corniches et les moulures avaient disparu, les salles de bains étaient tristes et sans âme, la cuisine étriquée et sombre…).

Le salon avant les travaux.

L’une des salles de bain avant les travaux

Un long couloir en L, de presque 10 mètres de long.

La petite cuisine avant les travaux.

Après quelques recherches auprès de l’agent du vendeur, de voisins et de la gardienne, j’ai réussi à récupérer des plans des autres étages… J’ai pu ainsi reconstituer ce que les appartements de cet immeuble avaient dû être au temps de leur « splendeur ».

En réalité, l’appartement que mes clients venaient d’acquérir n’était en fait qu’une partie d’un grand logement mesurant environ 350 m2.

Par le passé, un promoteur avait redécoupé tous les appartements de l’immeuble en plusieurs lots, et d’une manière différente à chaque niveau. J’ai réussi à identifier les anciennes ouvertures condamnées, l’emplacement de toilettes disparues… Un vrai travail de détective !

Il me fallait répondre aux besoins des clients tout en m’aidant du plan originel de l’appartement afin de réouvrir, par exemple, des baies bouchées au lieu d’en créer de nouvelles.

Dès que les clients ont obtenu les clés, des sondages ont pu être réalisés pour valider mes hypothèses, puis les déposes ont commencé. Là, des surprises de taille nous attendaient ! Des ouvertures avaient été créées dans un mur porteur sans prévoir de renforts ! Par ailleurs, un ancien dégât des eaux avait gravement endommagé  des poteaux de bois situés dans le mur porteur.

Nous avons dû procéder à l’arrêt du chantier, faire intervenir un ingénieur structure, prendre contact avec le syndic heureusement très réactif, ce qui n’est pas toujours le cas). Bref, un véritable parcours du combattant nous attendait, ce qui devient presque habituel dans les travaux de rénovation des anciens appartements parisiens. Il fallut créer trois portiques en serrurerie pour reprendre les charges.

Quatre portiques en serrurerie ont été nécessaires pour reprendre les charges.

Les fers ont été coupés et soudés sur place pour créer les portiques.

Le montage de cloisons.

La table de chantier dans le futur salon pendant les travaux

Un long couloir en L de presque 10 mètres de long distribuait le salon, la cuisine et une chambre, l’autre chambre étant dépendante du salon. Le couloir a été supprimé, les mètres carrés récupérés ont été partagés entre le salon d’une part, la cuisine d’autre part et cela a permis  de créer en plus un dressing pour la chambre d’enfant.

La cuisine en cours de pose.

Réglage des portes de la cuisine.

La chambre parentale est restée accessible par le salon, mais un placard (anciennement des toilettes) éclairé par une grand fenêtre a été destiné à la salle de bains des parents déplacée. Un petit dressing a aussi vu le jour derrière la tête de lit encadrée par des placards.

La cuisine a été réalisée sur mesure en Medium laqué, agrémentée d’un plan de travail en granite. La salle de bains de l’enfant a été habillée de mosaïque 1 x 1 cm blanche et or. Celle des parents est revêtue de grands carreaux à effet de marbre blanc de 120 x 60 cm.

La salle de bains des parents.

Détail de la salle de bains des parents.

Le sol de la douche en mosaïque.

L’appartement a été totalement transfiguré. Quand le faux-plafond a été déposé, nous avons découvert de belles corniches en staff en grande partie endommagées. Nous avons pu en faire des moulages pour en faire poser d’autres à l’identique, dans les nouvelles pièces créées. Des moulures menuisées ont été installées sur les murs du grand salon – salle à manger d’environ 37 m2.

La livraison des corniches en staff.

La reprise des corniches (réparations et pose de compléments)

Les moulures menuisées nouvellement posées.

La pose de volets menuisés.

Le salon à la fin des travaux

L’appartement a enfin retrouvé son charme d’antan !

En fin de travaux, le client a eu ces mots : « C’est fou, la quantité de travaux qui a été réalisée et pourtant, on a l’impression que l’appartement a toujours été ainsi ». Pour moi, c’est un compliment. Challenge réussi.