Le couvent Sainte-Marie de la Tourette de Le Corbusier

Publié le 24 août 2018 dans J'aime

Etant en vacances près de Lyon, je n’ai pu résister à l’envie d’aller faire un tour du coté d’une des oeuvres majeure de Le Corbusier ; le couvent Sainte-Marie de La Tourette réalisé dans les années 50 pour les frères dominicains. Comme pour la chapelle de Ronchamp, c’est le Révérend Père Couturier (artiste et théoricien de l’art) qui a oeuvré pour que la demande soit faite à Le Corbusier d’élaborer un projet suivant les préceptes de la communauté. Conçu initialement pour environ 100 personnes (20 frères professeurs, 75 élèves + les frères s’occupant de l’intendance), il n’y a plus que quelques étudiants après mai 68…. Après avoir hésité à vendre le domaine, les frères ont finalement conservé le couvent, maintenant inscrit à l’Unesco. Aujourd’hui, 9 frères y demeurent toujours, ils y organisent des rencontres, des colloques, des expositions d’art contemporain et y accueillent des personnes désireuses de faire une retraite spirituelle.

Le cadre est somptueux, le couvent se situe au coeur d’un magnifique parc (anciennement propriété de la famille du botaniste lyonnais Marc Antoine de La Tourrette) avec une vue impressionnante. Voici quelques photos des l’extérieurs :

 

 

 

 

Le Corbusier met en œuvre dans ce projet, les cinq points de l’architecture moderne (les pilotis, le toit-terrasse, le plan libre, la fenêtre en bandeau, la façade libre) et les proportions du Modulor (parfois ajustées).

Si les extérieurs peuvent paraître rudes et froids à cause de l’emploi massif du béton, les espaces intérieurs sont plus accueillants. Les façades sont toujours très travaillées ; à la Mondrian, ou avec des « fleurs de béton » qui cachent la vue de loin et obligent le « spectateur » de s’avancer pour capter une image de l’extérieur… Une des façades (qui donne sur une sorte de cour intérieure) a été conçue par Iannis Xenakis (compositeur et architecte) avec qui Le Corbusier a plusieurs fois collaboré. Le Corbusier (a qui revient toujours la paternité de l’oeuvre…) a pourtant collaboré étroitement avec André Wogenscky pour cette réalisation. André Wogenscky fut d’ailleurs de 1936 à 1956, l’élève, l’assistant, le chef d’atelier, puis un des architectes adjoints de Le Corbusier…

A son habitude, Le Corbusier a utilisé des couleurs vives en touches ponctuelles ; sur les portes, les fenêtres, les meubles, les panneaux pleins…

De nombreux détails font mon admiration ; les ouvrants toujours discrets et judicieux, les éclairages soignés, le mobilier adapté, le dessin des sols, les interrupteurs…

Le Corbusier dira en parlant du couvent : « C’est de l’intérieur qu’il se vit. C’est à l’intérieur que se passe l’essentiel. » Et c’est bien ce que l’on ressent lorsqu’on le visite !

Fenêtre en bandeau… pour cadrer le paysage.

 

La salle d’étude (et de réunion pour les étudiants lorsqu’il y en avait)…

 

Détail sur l’escalier en béton.

 

La salle des repas et sa façade vitrée et très travaillée pour cadrer le paysage de différentes manières.

 

Détail de la façade… qui donne sur une vue magnifique !

 

Détail de la façade coté intérieur. On remarque l’ouvrant vertical peint en noir et les touches de couleurs vives.

 

La cuisine et son jaune éclatant.

 

Dans une petite chapelle, une armoire conçue spécialement…

… pour les vêtements sacerdotaux !

 

Détail sur les interrupteurs (et les câbles visibles peints en noir !).

 

Descente vers l’église, le seul espace posé au sol (tous les autres espaces sont sur pilotis). La très grande porte pivotante…

… s’ouvre complètement pour laisser apparaitre…

… la croix du Christ. Détail symbolique !

 

L’église est grandiose. L’impression est étonnante lorsque l’on pénètre dans ce très bel espace en forme de quadrilatère.

 

L’éclairage est subtile et judicieux ; des fentes horizontales murales et colorées, le haut du mur est également troué sur toute sa longueur d’une large fente de lumière.

 

Les puits de lumière de la crypte éclairent également l’église.

 

Un passage étroit emmène à la crypte (apparemment malheureusement plus utilisée de nos jours).

Les couleurs très vives de la crypte contrastent avec le mur en béton ondulé conçu par Xenakis.

 

Pour avoir plus d’informations ou le programme des activités du couvent de la Tourette : http://www.couventdelatourette.fr