Exposition Georges-Henri Pingusson

Publié le 26 mars 2018 dans Événements, J'aime

L’exposition qui vient de commencer il y a quelques jours – et dont je ne manquerai pas de vous parler ultérieurement – consacrée au grand Alvar Aalto efface un peu une autre exposition qui a lieu actuellement dans le même lieu ; à la Cité de l’Architecture et du Patrimoine au Palais de Chaillot.

Cette exposition dont on parle peu est celle consacrée à l’architecte Georges-Henri Pingusson.

Bien moins connu que certains de ses confrères avec qui il a travaillé commeLe Corbusier ou Robert Mallet Stevens, Pingusson est pourtant un architecte qui a marqué son époque. L’exposition qui lui est consacrée nous montre différents aspects de son travail et nous fait découvrir un architecte de talent qui outre la construction de bâtiments, a également crée des meubles et des ensembles décoratifs (à partir de 1933, il fait parti de l’UAM au coté de Mallet Stevens, de Pierre Chareau, René Herbst…). Il touche également à la typographie, à l’affiche, à la peinture murale. Pour le théâtre des Menus-Plaisirs à Paris ou le grand hôtel Latitude 43 de Saint Tropez, il conçoit outre l’architecture des lieux, l’ensemble des éléments intérieurs…

Catholique fervent, il fera plusieurs projets d’églises et en construira plusieurs en Lorraine. L’église de Boust sera exemplaire ; de forme ronde avec l’autel placé au centre à une période de bouleversement de la liturgie…

Il construira moins en fin de carrière, mais sera toujours présent comme urbaniste, conseiller, aménageur… Sa dernière grande oeuvre sera le Mémorial des martyrs français de la déportation (1953-62) situé sur l’île de la Cité.

 

 

 

Les lunettes de Pingusson… Elles ne vous rappelle rien ?

 

 

 

L’église de Boust avec son plan circulaire et l’autel au centre.

 

 

L’hôtel Latitude 43 ; une oeuvre maîtresse de Georges-Henri Pingusson. Bénéficiant d’une liberté exceptionnelle – dont nous rêvons tous ! – il y formalise sa pensée sur l’architecture (coursive à demi niveau, austérité quasi-monacale…). Inauguré en 1932, le maître d’ouvrage fera faillite 5 ans plus tard ! Il sera malheureusement vendu par lots en 1949…

 

 

 

Croquis du mémorial de la déportation – vue de la Seine

 

Pour plus d’informations : https://www.citedelarchitecture.fr/fr/exposition/georges-henri-pingusson-1894-1978-une-voix-singuliere-du-mouvement-moderne