Le Domaine de Dampierre-en-Yvelines

Publié le 12 août 2019 dans J'aime

Ayant encore un chantier en cours, nous ne nous sommes pas trop éloignés de Paris lors de cette première phase de vacances… Or, la région parisienne regorge de merveilles à découvrir. Je voulais vous parler de l’une d’elle qui m’a particulièrement émue…

Laissé quasiment à l’abandon pendant des années, le domaine du château de Dampierre-en-Yvelines, qui a appartenu pendant 400 ans à la même prestigieuse famille d’Albert de Luynes, vient seulement d’être réouvert au public.

Un richissime entrepreneur français, Monsieur Mulliez, l’a racheté il y a un an et il souhaite le rénover complètement (château, orangerie, écuries, communs, parc…). Un projet ambitieux à la mesure de ses moyens, je suppose !

Nous sommes arrivés un samedi en fin de matinée et nous étions quasiment les seuls à déambuler dans ce domaine qui résonne encore de la splendeur du passé. Le fait d’y être seuls, le charme indéniable de l’état apparant d’abandon du château, le soleil perçant au travers des nuages et éclairant les tons ocres et orangés des murs… tout cela à oeuvré pour notre enthousiasme !

On entr’aperçoit les rideaux d’époques rongés par le temps à travers les fenêtres aux croisés cassées, on devine des panneaux de bois colorés… Des richesses délaissées, oubliées…

Des travaux de rénovation ont été commencés à l’intérieur et je regrette de ne pouvoir y pénétrer pour voir l’état des lieux aujourd’hui. Dans 2 ans, 3 ans, nous pourrons le visiter mais refait à l’identique et neuf… Nous n’avons la chance de cette équipe de France 3 que nous avons croisée lors de notre périple et qui a pu, elle, se rendre à l’intérieur…

Les couleurs de l’enduit ocre et des briques rouges, y sont pour beaucoup dans l’éclat du château… Je n’ai pu m’empêcher de me croire un instant en Italie ! Jules Hardouin-Mansart qui en est l’architecte a utilisé avec génie les matériaux locaux traditionnels.

Le parc est immense, il n’a pas été morcelé comme c’est souvent le cas. De nombreux animaux vivent en liberté dans la vaste forêt ; daims, sangliers, bernaches, faisants… Ils ne sont (plus) chassés et c’est un bonheur que de les apercevoir !

Autour du château, parterres, sculptures, étang, bassins et canaux rappellent le jardin créés par Le Nôtre. Dans quelques années, fontaines, cascades et massifs fleuris reprendront places !