Les étapes d’un projet d’architecture d’intérieur

La prise de connaissance du projet

Un projet d’architecture d’intérieur se prépare en 3 mois en moyenne, mais ce délai peut être plus ou moins long en fonction de la surface, de la complexité du projet et du temps nécessaire au client pour réfléchir.
L’architecte d’intérieur prend connaissance d’un projet, des besoins et envies de la personne qui le porte, et du budget dont celle-ci dispose, lors d’un premier échange – qui est souvent téléphonique. À cette toute première étape, il mesure la complexité du projet : il peut ainsi choisir d’orienter le client plutôt vers un architecte DPLG ou vers un décorateur. Si le projet correspond à ses domaines de compétences, il propose au client d’élaborer, dans un premier temps, une ou plusieurs esquisses.
La mission de l’architecte d’intérieur commence dès qu’il s’attelle concrètement, sur demande, à des propositions d’aménagement.

La phase d’esquisse

L’esquisse consiste, pour l’architecte d’intérieur, à préparer, sous la forme de dessins à main levée, un maximum de solutions d’aménagement à son client, en fonction des désirs exprimés par celui-ci et des possibilités offertes par le lieu concerné. Ce travail de recherche, qui constitue une part prépondérante du métier d’architecte d’intérieur, est payant : il ne peut se faire qu’après avoir écouté attentivement les attentes du client, visité le lieu concerné et relevé l’ensemble des cotes intérieures.
L’architecte d’intérieur dessine ses esquisses au crayon sur un papier calque : c’est le meilleur moyen de prendre le plus de liberté de création et de donner naissance à de bonnes idées !
Quand il a fini d’explorer toutes les possibilités d’aménagement, l’architecte d’intérieur livre ainsi une ou plusieurs idées à son client, sous la forme de plans, inspirés par son expérience et ses connaissances. Il peut accompagner l’esquisse, en option, d’une estimation du coût total du projet, mais le prix final peut varier énormément selon les matériaux choisis. Certains architectes d’intérieur ne formulent qu’une seule proposition, sans alternative. Un professionnel qui dessine plusieurs esquisses montre qu’il sait s’adapter aux désirs de ses clients et offrir à ceux-ci une plus grande liberté de choix.

La validation du projet

Le projet final, accepté par le client, réunit souvent des idées issues des multiples propositions initiales. L’architecte d’intérieur retranscrit l’esquisse retenue sous la forme d’un plan informatisé. Si besoin, il fournit, en plus, une ou plusieurs vues du projet en 3D et en couleur.
Il livre ainsi au client un avant-projet définitif qui détaille, plans à l’appui, toutes les réalisations prévues, et indique, sur demande, le coût prévisionnel des travaux. Cet avant-projet informe aussi du montant prévu pour sa propre rémunération. Pour les plus gros chantiers, l’architecte d’intérieur livre à la fois un avant-projet sommaire et un avant-projet détaillé.
Le client signe, la plupart du temps, avec l’architecte d’intérieur un contrat de maîtrise d’œuvre qui charge celui-ci de coordonner la mise en œuvre du projet. Le prix de l’esquisse est déduit du montant total des frais qui seront engagés. Mais le client peut aussi se contenter de conserver l’esquisse finalisée de son projet et de ne pas lancer les travaux.

Le choix des matériaux et des équipements

Le choix des matériaux et des équipements (meuble-vasque, baignoire, éclairages…) modifie les plans et précise, petit à petit, le projet final. Le plus souvent, l’architecte d’intérieur commence donc à chercher les matériaux en même temps qu’il dessine les plans détaillés, en suivant les goûts exprimés par ses clients. Les idées viennent souvent, par exemple, au moment de dessiner les plans en élévation ou des meubles sur mesure, c’est-à-dire quand il entre plus avant dans le détail du projet.

Les appels d’offres et l’examen des devis

Quand le projet est validé dans le détail par le client et quand le contrat de maîtrise d’œuvre est conclu, l’architecte d’intérieur peut constituer un dossier de demande d’autorisation administrative. Il se charge ensuite, quand l’autorisation est obtenue, de lancer des appels d’offres auprès des différents corps de métiers.
Le dossier d’appel d’offres doit être le plus précis possible, afin que les entreprises puissent fournir des devis détaillés. Les plans de calepinage des carrelages, dans les cuisines et les salles de bains, peuvent ainsi être dessinés dès le plan initial du projet de manière à ce que les carreaux s’intègrent d’emblée parfaitement aux lignes et dimensions des différents aménagements : placards, plans de toilette ou de travail, receveur de douche…
À la réception des devis, l’architecte d’intérieur dépouille les offres, les analyse, les compare et demande éventuellement des précisions ou des explications aux entrepreneurs. Le client peut recommander à l’architecte d’intérieur une entreprise s’il le souhaite, mais l’architecte d’intérieur, en général, consulte des entreprises avec lesquelles il a l’habitude de travailler et dont il connaît les talents et les points forts.
En fonction des montants et des prestations, l’architecte d’intérieur recommande à son client les entreprises qui lui paraissent répondre le mieux à ses attentes. Le client choisit les entreprises en dernier ressort : c’est à lui que reviendra le paiement des factures.

L’organisation et le suivi du chantier

Quand les entreprises ont été désignées pour réaliser les travaux, l’architecte d’intérieur établit un planning, puis il se charge du suivi du chantier de A à Z jusqu’à la réception finale. Il organise des réunions de chantier à intervalles réguliers, transmet les compte-rendus à son client afin de l’informer de l’avancement des travaux et de leur conformité avec le projet voulu. Il se charge aussi de lui indiquer, au cours de la progression du projet, à quels moments les factures doivent être payées, suivant les stades d’avancement successifs des réalisations.

La livraison finale et la levée des réserves

En fin de chantier, l’architecte d’intérieur accompagne le client lors de la livraison des travaux. Avec lui, il émet d’éventuelles réserves sur la qualité des réalisations (défaut de pose d’un revêtement de sol souple [ lien vers la page fille Revêtements de sols souples ] ou d’un parquet…)  ou sur un achèvement incomplet. Il suit la finalisation du projet jusqu’à la levée totale de ces réserves. En fin de mission, il établit un décompte définitif des travaux et propose au client de régler le solde du montant restant à payer.

À lire aussi :
Pourquoi faire appel à un architecte d’intérieur ?
Les avantages du métier d’architecture d’intérieur