Travaux d’aménagement intérieur ; comment réemployer les matériaux ?

Publié le 19 octobre 2020 dans Produits & Matériaux

Il y a environ 2 ans, avec des confrères, nous avons créé une association ; le Pôle Action des Architectes d’intérieur d’Ile de France dont je suis Vice-Présidente. Cette association existe dans toutes les régions de France et constitue un vrai réseau de professionnel passionnés. Les buts sont de s’entraider, de partager nos expériences, d’apprendre les uns des autres… et de faire connaitre notre profession souvent mal connue et confondue avec celles des architectes ou plus couramment des décorateurs… Nous réfléchissons aussi ensemble à la manière dont nous pouvons participer à l’évolution de la société. Préserver notre planète est une de ces manières.

Il y a donc une 10ène de jours, nous avons organisé une table ronde sur le thème « Vers une approche plus durable des chantiers : le Réemploi ». Sujet fort intéressant et d’actualité !

Je ne sais pas si vous imaginez la quantité de gravats et de matériaux qui vont à la décharge lors de la phase démolition quand nous faisons faire des travaux de restructuration ou d’aménagement dans un local. C’est effrayant et cela coûte cher. Cela nécessite de la main d’oeuvre pour casser, mettre en sacs, transporter les gravats et déchets de chantier par camions vers la décharge et payer celle-ci. C’est souvent du gâchis pur et simple. Sans compter que payer une note salée pour le poste démolition a toujours du mal à passer pour les clients !

 

 

Il arrive souvent que partent à la benne des éléments en bonne état comme des baignoires, des portes, des placards…. Certains appartements dans lesquels nous sommes amenés à intervenir sont même en parfait état, parfois même tout juste rénovés… mais ils ne correspondent pas aux besoins ou aux goûts du nouvel acquéreur ! Et tout doit être modifié, changé, transformé, démoli !

Depuis que je fais ce métier, j’ai toujours demandé – lorsque les clients ne souhaitaient pas récupérer certains éléments ou les vendre eux-même sur des plateformes Internet – si des ouvriers ne voulaient pas les récupérer pour eux ou des proches. Cela arrive parfois, mais assez peu souvent. Il faudrait pouvoir les stocker soigneusement pour un usage ultérieur… éventuel. Pour cela, il faut de l’espace, une bonne organisation, du temps. J’ai travaillé par le passé avec un maçon qui récupérait beaucoup de matériaux et les stockait dans un grand entrepôt à Nanterre. Cela lui demandait une très bonne logistique afin de savoir ce qu’il avait en stock et où cela se trouvait dans le dépôt. Très rares sont ceux qui peuvent le faire !

 

 

 

Ce qui est valable pour un appartement l’est tout autant pour des commerces ou des bureaux ; des luminaires, des comptoirs, des dalles de faux-plafond, des cloisons vitrées peuvent faire le bonheur de quelqu’un !

Tout n’est pas récupérable bien sûr et il faut faire un état des lieux, un tri. Ce qui peut être récupéré ou vendu doit être démonté soigneusement, ce qui prend plus de temps et est donc plus couteux qu’une dépose pour la casse, et ce sans certitude de pouvoir être vendu. Il peut arriver de vendre sur photo et qu’une fois déposé ou démonté, on découvre que l’élément est cassé ou en mauvais état… C’est par exemple souvent le cas avec les cheminées dont des parties peuvent casser au démontage…

 

 

Dans le sens inverse, on peut choisir des matériaux « second hand » pour faire son projet d’aménagement et faire ainsi baisser le coût des travaux ; d’anciennes portes, un meuble vasque, de vieux radiateurs en fonte…. Là encore cela demande du temps d’investigation, de la créativité, d’imaginer ce que l’on peut faire avec ce que l’on trouve… Ce n’est pas comme chercher dans un catalogue des produits fabriqués en série et facile à commander pour l’entrepreneur qui fera les travaux.

 

Comment faire ?

Des spécialites de matériaux anciens, des ressourceries existent depuis longtemps pour les matériaux de belle qualité comme les dalles de pierre, les cheminées, les volets, les garde-corps en serrurerie ouvragée… Mais encore une fois, il faut du temps pour trouver la perle rare dont on a besoin, aller dans plusieurs lieux… rarement en centre ville ! Je me souviens avoir chercher des tomettes d’une certaine couleur et de dimensions particulières… pour remplacer quelques tomettes cassées pour le salon d’un client ! Quelle énergie pour trouver le bon modèle !

Depuis quelques d’années, il existe des plateformes Internet spécialisées qui proposent des matériaux de tout type, anciens ou plus modernes. Toutefois, on ne peut vendre et acheter que si on est professionnel. Ils servent d’intermédiaires et garantissent les produits.

D’autres proposent de venir démonter et transporter. Il faut envoyer des photos, les dimensions, demander un devis. Cela prend un peu de temps, donc il faut anticiper. Car un chantier, c’est aussi et surtout un planning à respecter !

Donc pour résumer, ce n’est pas si simple à faire, mais des réseaux se créent de plus en plus dans ce sens. A nous, Architectes, Architectes d’intérieur de proposer le réemploi, de le prévoir, de l’organiser et avant tout de convaincre clients et entrepreneurs… si l’on veut limiter la production des déchets.

Les gouttes d’eau font les océans, c’est bien connu !